L’Education Prénatale redonne à l’homme – père  sa vraie place. 
C’est une nouvelle conquête pour lui-même, un apport considérable pour la mère et l’enfant.

Les transformations que la nature opère chez la femme devenant mère et chez l’homme devenant père ont pour but d’assurer la perpétuation de l’espèce,  l’accueil et la formation d’un nouvel être humain.

Mais il s’agit, en fait, d’une trilogie. Le 3ième acteur le plus actif, est « celui qui vient ». Il passera par les états d’œuf initial, d’embryon et de fœtus. L’œuf formé par la fusion du spermatozoïde et de l’ovule est un concentré inimaginable d’informations. Il est porteur de gènes de l’espèce humaine et de la phylogénèse, c’est-a-dire de toute l’histoire de la vie de la première cellule vivante à l’être humain si complexe. Il contient également l’héritage physique et psychologique (on ne peut jamais séparer ces deux volet du vivant) des deux lignées parentales.

L’être prénatal, embryon puis fœtus, va inscrire ensuite dans ses cellules le vécu de sa conception, des  neuf mois (et quelque millénaires) qui ont en grande partie fondé sa personne future. La cellule originelle du nouvel être est également porteuse d’un projet de vie complexe qui déploiera une énergie intense pour se réaliser. Aussitôt formée, elle signale sa présence et sollicite de l’organisme  maternel accueil et protection.

L’embryon engendre, dans l’utérus où il est nidé, les tissus et les organes nécessaires a sa nutrition et à sa protection : le placenta et le cordon ombilical, le liquide amniotique dans lequel il baigne, les membranes qui l’enveloppent. Ses cellules se multiplient à un rythme effréné et chacune d’elle intègre les matériaux et les  informations qui lui viennent de la mère et à travers elle du père et de l’environnement. Avec eux, s’édifient les bases du futur enfant : sa santé, sa sensorialité, son affectivité, son mode relationnel, ses facultés cognitives, voire sa créativité.

Si la gestation est abandonné aux aléas de la vie, ces éléments constructeurs seront de plus ou moins bonne qualité. Au contraire, si les futurs parents sont informés du fait qu’il leur appartient de choisir, sur tous les plans, la qualité des « nourritures » données à l’enfant, celui-ci aura toutes les chances d’êtres sain, fort, équilibré, ouvert aux autres et à la vie, créatif et capable de répandre autour de lui le bonheur et la paix.

Les futurs parents deviennent ainsi, consciemment, les éducateurs fondamentaux de leur enfant et transforment une grossesse soumise aux aléas de la vie en une œuvre créatrice.  Cela, sans aucun artifice, sans rien forcer, en enrichissant leur propre vie et en communicant avec l’enfant. En lui témoignant beaucoup d’amour, car l’amour est la stimulation la plus puissante qui soit.

Chacun des deux parents sera transformé par cette attitude créatrice basée sur la connaissance des lois de la vie et soutenue par les énergies universelles. La femme-mère et l’homme-père auront chacun conquis une nouvelle dimension de leur être. Certains nous ont dit avoir connu un formidable développement personnel, une véritable renaissance. Ils nous ont confié également que leur couple avait été consolidé par cette œuvre commune.

Marie-Andrée Bertin