Extrait de la conférence  « L’Education prénatale naturelle transformatrice » donnée au Séminaire Européen Grundtvig de Formation des Formateurs et Diffuseurs de l’Education Prénatale à Bucarest en juin 2008 par Marie-Andrée Bertin

Comment réagissent les jeunes, quand on leur présente l’éducation prénatale ?

Marie Andrée Bertin, fondatrice de l’ANEP, nous confie : « Je puis témoigner pour avoir rencontré des centaines de jeunes, des milliers peut-être, que la simple connaissance de l’éducation prénatale est déjà pour eux transformatrice.

A ces adolescents à la recherche du sens de la vie, de leur vie, je dis : Je viens vous parler d’un sujet qui vous aidera plus tard quand vous désirerez devenir père ou mère, mais je viens surtout vous parler de vous, car cette période prénatale, vous l’avez tous vécue. Elle est toujours présente en vous, dans vos cellules, dans votre subconscient et, souvent, elle induit vos réactions, vos choix, sans que vous n’en ayez conscience.

Attentifs à ces choses de la vie, je les vois mûrir pendant le temps que je passe avec eux. S’ils sont entrés dans la salle en chahutant un peu, ils ressortent en silence, le visage et le regard empreints d’une nouvelle gravité. Ils ont été touchés aux racines de leur être profond.

Une mère me confia : « Ma fille a complètement changé de mentalité et de comportement depuis qu’elle vous a entendue. »  Ces jeunes évoluent vers une meilleure compréhension d’eux-mêmes de l’amour et de la sexualité, de la vie. Ils situent mieux leur responsabilité familiale et sociale. Ils entrevoient une formidable ouverture vers l’avenir d’un monde qui leur appartiendra de créer.

Une magistrale confirmation de l’importance de l’éducation prénatale a déjà été apportée en 2001, à Caracas, au 4ème Congrès pour l’Education Prénatale, par le généticien américain Bruce Lipton. Il a également ouvert devant ses conséquences incalculables des perspectives qui soulèvent espoir et enthousiasme. Citons-le :

« Selon les apports et les influences du milieu, certains gènes sont activés et d’autres non. L’activation des programmes des gènes est contrôlée par la perception qu’a l’organisme de l’ambiance du milieu. Les émotions maternelles telles que la peur ou la colère, ou au contraire l’amour ou l’espérance  influencent biochimiquement  la sélection et la réécriture du code génétique de l’enfant in utero  avec des conséquences évolutives très profondes  sur les générations futures.

Les futurs parents sont de véritables « ingénieurs généticiens ». Il est urgent qu’ils en soient informés. »« Ingénieurs généticiens», c’est-à-dire transformateurs des générations à venir. Qui le fait savoir ? Aux futurs parents, aux jeunes, à tous ?

Soyons conscients que nous sommes dépositaires d’un puissant levier naturel de transformation. Il appartient à l’humanité tout entière. Soyons heureux et fiers de le mettre à la disposition de tous ses membres. Nous en serons nous-mêmes transformés. »

Marie-Andrée Bertin