Photo PURESTOCK/SIPA

par Mélanie Gomez, www.pourquoidocteur.fr

« Les mauvais souvenirs laisseraient des séquelles tardives

« Nos résultats fournissent la preuve de l’existence d’un héritage épigénétique transgénérationnel, » résume Brian Dias de l’École de médecine de l’Université Emory aux Etats-Unis et co-auteur de cette étude publiée dans la revue Nature Neuroscience. L’environnement pourrait donc affecter la génétique d’un individu, qui pourrait à son tour la transmettre à sa descendance… Les expériences d’un parent, même avant la conception, influencent fortement à la fois la structure et le fonctionnement du système nerveux des générations futures. »

Même si ces résultats doivent encore être confirmés notamment chez l’homme, les auteurs de cette analyse sont d’ores et déjà très enthousiastes. « Nos résultats fournissent la preuve de l’existence d’un héritage épigénétique transgénérationnel, » résument-ils. L’environnement pourrait donc affecter la génétique d’un individu, qui pourrait à son tour la transmettre à sa descendance. D’après plusieurs spécialistes, ces résultats pourront contribuer à mieux comprendre notamment les phobies, l’anxiété ou les troubles de stress post-traumatique.

Lire l’article complet.