Par 

Les chercheurs de Jama Pediatrics ont conclu que l’allaitement maternel ensemence la flore intestinale du bébé en bonnes bactéries (par exemple Veillonella et Rothia, deux genres bactériens dont la présence dans l’intestin a été associée à une moindre incidence de l’asthme), et que ces micro-organismes du lait et du sein maternels «influencent et sélectionnent les bactéries qui s’installent ensuite chez l’enfant, laissant une empreinte qui peut être détectée, même à l’âge adulte»…

Ils appuient les recommandations actuelles des autorités sanitaires : un allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de vie, poursuivi en parallèle de la diversification jusqu’aux 12 mois de l’enfant au moins.

Source: http://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/2625334

Lire l’article complet.