par le Dr Catherine Gueguen
« Le cerveau du tout-petit est extrêmement malléable, c’est à dire que toutes les relations qu’il va rencontrer, avec ses parents, avec les professionnels de l’enfance, vont modifier en profondeur son cerveau, ses cellules cérébrales, les molécules, les connexions entre les neurones, les circuits neuronaux, même les structures cérébrales et même l’expression des gènes. Toutes les relations que nous avons avec nos enfants modifient en profondeur le cerveau et d’autant plus que l’enfant est petit, dès la grossesse. Le cerveau de l’enfant est le plus malléable PENDANT LA GROSSESSE et les deux premières années de vie. Il reste malléable toute l’enfance et toute l’adolescence.
Et donc, moi je suis pour qu’on chouchoute le plus possible les femmes enceintes, qu’elles soient le moins possible stressées. Pour moi, une civilisation est avancée si elle prend en compte les femmes enceintes et qu’elle les cocoone et qu’elle aide les parents pendant les deux premières années de vie. »
Dr Catherine Gueguen, pédiatre, spécialisée dans le soutien à la parentalité, auteure, « Le cerveau et les émotions des petits », La Maison des Maternelles