[Dossier] Futures mamans, l’intelligence de vos bébés pourrait se décider ici !

Excellente interview de Barbara Demeneix, endocrinologue,  directrice de recherche au CNRS et lauréate de la médaille de l’innovation 2014, dans son laboratoire parisien en 2018  par Déborah Donnier.                  Livres: « Le cerveau endommagé, Comment la pollution altère notre intelligence et notre santé mentale »                   « Cocktail toxique: Comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau »

Futures mamans, l’intelligence de vos bébés pourrait se décider ici !

[Video] Le cerveau et les émotions des petits

par le Dr Catherine Gueguen
« Le cerveau du tout-petit est extrêmement malléable, c’est à dire que toutes les relations qu’il va rencontrer, avec ses parents, avec les professionnels de l’enfance, vont modifier en profondeur son cerveau, ses cellules cérébrales, les molécules, les connexions entre les neurones, les circuits neuronaux, même les structures cérébrales et même l’expression des gènes. Toutes les relations que nous avons avec nos enfants modifient en profondeur le cerveau et d’autant plus que l’enfant est petit, dès la grossesse. Le cerveau de l’enfant est le plus malléable PENDANT LA GROSSESSE et les deux premières années de vie. Il reste malléable toute l’enfance et toute l’adolescence.
Et donc, moi je suis pour qu’on chouchoute le plus possible les femmes enceintes, qu’elles soient le moins possible stressées. Pour moi, une civilisation est avancée si elle prend en compte les femmes enceintes et qu’elle les cocoone et qu’elle aide les parents pendant les deux premières années de vie. »
Dr Catherine Gueguen, pédiatre, spécialisée dans le soutien à la parentalité, auteure, « Le cerveau et les émotions des petits », La Maison des Maternelles
Dr Bruce Lipton (en français) et Annie Laforest parlent d’épigénétique et de la nouvelle biologie

Dr Bruce Lipton (en français) et Annie Laforest parlent d’épigénétique et de la nouvelle biologie

« Le comportement commence à s’enregistrer au cours des trois derniers mois de la grossesse. Le cerveau enregistre ce qui se passe dans le monde. Comment un fœtus peut-il enregistrer un programme?
La mère interagit avec le monde. Son cerveau produit des réactions biochimiques et contrôle son comportement et sa vie, à partir de ce qu’elle voit. C’est elle qui observe le monde, le fœtus ne peut pas le voir. En revanche, celui-ci sait si le monde est sûr ou non, il le ressent parce que le sang de la mère, qui contient la chimie de ses émotions et de ses hormones, irrigue le placenta.
Ce petit être réagit donc aux mêmes émotions et aux mêmes hormones même s’il ne peut pas voir ce qui se passe. C’est ainsi que commence notre apprentissage.

Si la mère a une habitude, un schéma, un « plan », les mêmes réactions chimiques circuleront dans son corps chaque fois qu’elle adoptera un comportement donné. Il s’agit d’un enregistrement, tel une partition qui rejoue les mêmes notes encore et encore. Le fœtus le reconnaîtra et se dira : « Je connais ce modèle, c’est comme une chanson que j’ai entendue tellement souvent que maintenant, je peux la répéter à mon tour. »
Mais comme nous avons compris que la peur est de la biochimie, des émotions, le bébé vit donc déjà cette appréhension avant sa naissance. Et cette peur contrôlera sa vie. Il ignore de quoi ou pourquoi il a peur. Tout ce qu’il sait, c’est que l’extérieur n’est pas sûr. » Dr Bruce Lipton, biologiste,  Université de Virginie

[VIDEO] Des sourires, de la parole, du jeu

Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik explique comment se développe le cerveau des bébés dès la conception et quelles sont les attitudes favorables à sa stimulation… sourires, parole, jeu. Video de 6min 28s

[Video] La vie prénatale II et III


La Vie Prénatale II

par le Dr Catherine Dolto, haptopsychothérapeute (15 min 37)

Extrait:

« Dès la vie prénatale, ce qui fait que l’enfant se sent accueilli, invité, provoqué, ce sont de minuscules changements de tonus dans le giron maternel – le giron, c’est un vieux mot français que nous prenons pour ne pas parler d’utérus parce que c’est beaucoup plus que l’utérus, le giron, c’est l’utérus plus le diaphragme du périnée, le diaphragme thoracique et tous les muscles abdominaux qui sont autour. L’enfant est pris entre ces deux diaphragmes qui dialoguent entre eux avec tous les viscères maternels qui sont le lieu premier où une émotion s’exprime; les viscères, le souffle c’est la première réaction à toute émotion et lui, il perçoit tout ça avec un discernement extraordinaire. »

 

La vie prénatale III

Extrait:

« Nous sommes extraordinairement responsables de ce que nous faisons vivre aux enfants dans la vie prénatale, dans la toute petite enfance parce que nous penons une part beaucoup plus grande que nous croyons à la construction qu’ils vont faire d’eux-mêmes. »


[Video] Rencontre avec Catherine Dolto

Très intéressante video de 3 min 22 où le Dr Catherine Dolto, haptopsychothérapeute explique le vécu des enfants dès le début de la vie depuis la conception. Certains besoins de base en découlent, qui demandent un accueil attentif rempli d’amour et de bienveillance.

« Les bébés sont extrêmement attentifs, car déjà dès la vie prénatale, l’enfant dans l’uterus de sa mère cherche le contact, mémorise, guette tout ce qui fait signe et se fige quand il a peur. Et il garde les traces de ses peurs prénatales et des peurs contemporaines de la naissance. Et ça, maintenant, tout le monde le sait… »