[Dossier] Futures mamans, l’intelligence de vos bébés pourrait se décider ici !

Excellente interview de Barbara Demeneix, endocrinologue,  directrice de recherche au CNRS et lauréate de la médaille de l’innovation 2014, dans son laboratoire parisien en 2018  par Déborah Donnier.                  Livres: « Le cerveau endommagé, Comment la pollution altère notre intelligence et notre santé mentale »                   « Cocktail toxique: Comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau »

Futures mamans, l’intelligence de vos bébés pourrait se décider ici !

« Les perturbateurs endocriniens pendant la vie prénatale »

Par le Dr Didier Cosserat, Maître de stage à la Faculté de Nice-Sophia-Antipolis et Directeur de thèses : « Les consultations préconceptionnelles et les perturbateurs endocriniens. »

Lors du Séminaire de l’Assemblée Générale de l’ANEP-France du 18 avril 2017
au Golf International de l’Estérel, 745 Bd Darby à Saint Raphaël

I Thyroïde, carence en iode et environnement

Un grand nombre de substances chimiques présentent une structure moléculaire très proche de celle de l’iode, notre corps les confond avec l’iode et ils vont se fixer sur la thyroïde dont ils vont perturber le fonctionnement, ainsi que celui des autres glandes endocrines, d’où leur nom de perturbateurs endocriniens.
La thyroïde : chef d’orchestre de l’organisme
Il est très important d’avoir une thyroïde saturée en iode en période préconceptionnelle.
Le fonctionnement de la thyroïde va retentir sur la capacité à donner la vie, à la possibilité d’avoir un enfant en bonne santé.Or le fonctionnement de la thyroïde est très souvent déficient.
Une carence en iode a une incidence sur le fonctionnement de la thyroïde.
Et même une légère déficience en iode au début de la grossesse peut avoir un effet néfaste sur le développement cognitif de l’enfant.
De plus ces carences en iode peuvent exacerber les effets perturbateurs endocriniens de certains produits chimiques sur la thyroïde.
La carence en iode est un test à imposer en préconceptionnel qui ne fait pas partie des recommandations mais qui est très important : l’iodurie.

La désiodation T4-T3 : l’hormone inactive est la T4, l’hormone active la T3. Cette transformation se passe dans le foie, dans le cerveau et pour la femme enceinte dans le placenta. Si cette fonction fonctionne mal, il y aura une hypothyroïdie néonatale avec un QI de 6, 10, 15, voire 30 points de moins (« les crétins des Alpes » appelés ainsi autrefois).

Vérifier l’iode et les cofacteurs
Les cofacteurs ont aussi un impact très important sur la thyroïde, attention aux carences :
– Le sélénium, les différentes vitamines, C, D, B, E, le magnésium, le zinc
– Le magnésium est un élément majeur chez la femme en préconceptionnel et en début de grossesse. Il faut absolument se recharger en magnésium pendant toute cette période car c’est un cofacteur de toutes les réactions enzymatiques. Cela intervient sur le mécanisme de la thyroïde mais aussi sur de nombreux autres métabolismes.
– Le zinc est aussi très important pour la thyroïde mais aussi pour l’immunité.
– L’acide folique, vitamine B9 pour éviter les fausses couches à répétition, l’hypofertilité,
pour le bébé spina bifida, fentes palatines.
Cette carence va intervenir aussi sur la méthylation et va augmenter la fréquence des cancers, des maladies cardiovasculaires.
Elle va intervenir aussi sur les troubles cognitifs.
Les végétariens peuvent avoir une carence en acide folique. Supplémentation conseillée en acide folique associé à la vitamine B12 et toute la série des vitamines B.

Dans un bilan biologique proposé aux futures mamans, il est très intéressant de faire le dosage de B9 et de B9 intraglobulocytaire (à l’intérieur des globules rouges) et on peut ainsi savoir si elles font partie de ces 40% de mauvais méthyleurs et prescrire ainsi le précurseur de la B9: le Métafolin dont l’excès ne peut pas être nuisible.

A noter la fréquence des hypothyroïdies chez les femmes nées après 1945 et avant 1980 à cause entre autres des 210 essais nucléaires atmosphériques que pour la France.

L’alcool aussi impacte la fonction thyroïdienne.
Remarque : 40 à 50% des pesticides totaux de l’agriculture se retrouvent dans le vin.

Sources :
http://clinchem.aaccjnls.org/content/61/5/704
Thyroid Function in Pregnancy: What Is Normal?
Marco Medici, Tim I.M. Korevaar, W. Edward Visser, Theo J. Visser, Robin P. Peeters
DOI: 10.1373/clinchem.2014.236646 Published April 2015 Clinical Chemistry

http://www.thelancet.com/journals/landia/article/PIIS2213-8587(15)00327-7/abstract
Volume 4, No. 1, p35–43, January 2016
Association of maternal thyroid function during early pregnancy with offspring IQ and brain morphology in childhood: a population-based prospective cohort study
Tim I M Korevaar, MD, Ryan Muetzel, MSc, Marco Medici, MD, Layal Chaker, MD, Prof Vincent W V Jaddoe, MD, Yolanda B de Rijke, PhD, Prof Eric A P Steegers, MD, Prof Theo J Visser, PhD, Tonya White, PhD , Prof Henning Tiemeier, MD Correspondence information about the author Prof Henning Tiemeier Email the author Prof Henning Tiemeier, Prof Robin P Peeters, MD Published: 20 October 2015
PlumX Metrics
DOI: http://dx.doi.org/10.1016/S2213-8587(15)00327-7

« En finir avec l’hypothyroïdie » de Benoît Clayes, Ed Thierry Souccar

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3743356/
Impact of alcohol use on thyroid function par Yatan Pal Singh Balhara and Koushik Sinha Deb

A PROPOS DE LA THYROÏDE


A PROPOS DE LA THYROÏDE : par le Dr Didier Cosserat, médecin généraliste

II Les perturbateurs endocriniens (PE)

Un perturbateur endocrinien (PE) est une substance ou un mélange exogène, possédant des propriétés susceptibles d’interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire des effets délétères sur un organisme intact et chez ses descendants.
Les perturbateurs endocriniens sont nombreux dans notre environnement.

Les futurs bébés n’en sont pas protégés car le placenta n’est pas un filtre mais une éponge :

Les PCB – phtalates – nano particules – bisphénol A – retardateurs de flamme bromés – dioxines – parabens – pesticides se retrouvent dans le méconium.
100% de femmes sont imprégnées de ces polluants et y sont exposées
par l’intermédiaire de la peau (cosmétiques, crèmes pour la peau, déodorants, shampooings, parfums, vernis à ongles),
par la voie digestive (nourriture contaminée par les pesticides et fongicides, métaux lourds, plastiques) ,
par la respiration (pollution particules fines et métaux lourds…),
par l’accumulation dans la graisse corporelle de PE lipophiles (DDT, PCB, PBDE), la future mère les transmet au fœtus à travers le liquide amniotique, et par l’allaitement maternel, (mieux vaut limiter les pertes de poids importantes lors d’un projet de grossesse car les PE seront relargués dans l’organisme).
De plus, certains médicaments contiennent des adjuvants qui sont des PE : (Doliprane, Ferrostrane…)

Rôles et risques des médicaments et cosmétiques : www.lecrat.org

Les effets sanitaires des perturbateurs endocriniens sur l’humain
De très nombreuses études sur les effets des PE ont été réalisées chez l’animal et chez l’homme. Chez l’homme, un lien a pu être établi entre les PE et les pathologies suivantes:
– malformations génitales (cryptorchidie, hypospadias, micropénis) – puberté précoce chez la petite fille – troubles du neurodéveloppement, du comportement de l’enfant- syndrome métabolique, obésité chez l’adulte et chez l’enfant – diabète chez l’adulte et chez l’enfant – troubles de la fertilité (homme, femme) – pathologies thyroïdiennes – cancers du sein, de l’ovaire, du testicule, de la prostate – pathologies cardio-vasculaires, hypertension artérielle – hypominéralisation molaire-incisive – effets épigénétiques – probablement les maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson

« Rien n’est poison, tout est poison, seule la dose fait le poison ». Paracelse
Plus maintenant !

L’effet dose : les PE peuvent provoquer des effets délétères à très faible dose

L’effet cocktail : des molécules peu ou non toxiques prises isolément peuvent devenir nocives lorsqu’elles sont mélangées

Certaines périodes de la vie sont cruciales : notion de fenêtre d’exposition.
Pendant la période préconceptionnelle, la grossesse, l’enfance ; les effets des PE ont de plus graves conséquences et à plus long terme ainsi qu’au niveau épigénétique.
:
Malformations génitales
A la 3ème semaine de grossesse, le bourrelet génital se transforme en sexe féminin ou masculin, même si il y a très peu de PE, il y aura formation d’une anomalie génitale, soit à la naissance chez le garçon, soit à la puberté chez la fille.
Effets possibles de certains médicaments en début de grossesse :
– paracétamol : cryptorchidie
– triclosan : micropénis
Le Monde du 10.10.2015 : le sexe neutre est reconnu pour la première fois en France.
Hypospade (défaut d’abouchement de l’urètre)

Troubles de la fertilité et du désir sexuel
Troubles de la fertilité masculine et féminine – troubles du sperme

Troubles de l’identité du genre suite à de faibles doses de phtalates

Chez la fille : puberté précoce (vers 8 ans), cancer du sein, stérilités, ovaires micro polykystiques, endométriose (1 à 2 femmes /10) qui entraîne stérilité, dyspareunie, douleurs règles.

Troubles du développement et du comportement chez l’enfant
Poids de naissance inférieur
Troubles du spectre autistique et trouble du déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH). Les polluants atmosphériques, les pesticides, les phtalates, les solvants et les PCB sont suspectés.
Entre 1985 et 2014, il y a eu une flambée de l’autisme.

Perturbateurs endocriniens et diabète
4 fois plus de cas de diabète depuis 1980 : Chiffre OMS avril 2016

Sources :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28826789
C R Biol. 2017 Aug 18. pii: S1631-0691(17)30124-5. doi: 10.1016/j.crvi.2017.07.003. [Epub ahead of print]
Environmental endocrine disruptors: New diabetogens? Fénichel P1, Chevalier N2.

http://www.sfendocrino.org/article/646/newsletter-groupe-d-rsquo-interet-des-perturbateurs-endocriniens-de-la-sfe-2015

L’épidémie de diabète de type 2 pourrait-elle être en partie reliée aux perturbateurs endocriniens ?
Endocrine disruptors: New players in the pathophysiology of type 2 diabetes? – N. Chevalier, P. Fénichel DiabetesMetabolism 2014

Rossignol, Genuis, et Frye, « Environmental Toxicants and Autism Spectrum Disorders: A Systematic Review ».

Perturbateurs endocriniens et baisse de QI
L’exposition à un mélange de produits chimiques omniprésents à des concentrations trouvées dans le liquide amniotique humain affecterait la transcription hormonodépendante thyroïdienne, l’expression des gènes, le développement du cerveau et le comportement au début de l’embryogenèse.

Sources:« Perturbateurs endocriniens, signalisation thyroïdienne et neurotoxicité au cours du développement. » par Jean-Baptiste Fini, PhD, Evolution des régulations endocriniennes,
Museum National d’Histoire Naturelle/CNRS UMR 7221 Paris 07/11/15

Mixture of chemicals found in amniotic fluid disrupt thyroid signaling and brain development
Linda Birnbaum Director NIEHS : “exposure to multiple chemicals is inevitable we live in a chemical soup” http://www.acadpharm.org/dos_public/Bi-academ_nov_2016_Demeneix_copie.pdf

Les travaux de Barbara Demeneix
Barbara Demeneix est biologiste. Internationalement reconnue pour ses travaux en endocrinologie sur l’hormone thyroïdienne et les perturbateurs endocriniens et sur les relations entre problèmes de QI et pollution. Elle a reçu la Médaille de l’Innovation du CNRS. Elle dirige le laboratoire «Evolution des régulations endocriniennes» du Muséum d’histoire naturelle.

Il est difficile d’évaluer les coûts faramineux de la perte de QI.

Augmentation exponentielle des maladies neurodéveloppementales (hyperactivité, autisme) : incidence aux USA en 2014 : 1/68 enfants, 1/42 garçons), (en 2001 : 1/250)
50% des enfants diagnostiqués ont un QI <70
5% de QI en moins 60% de surdoués en moins
sachant que 1 point de QI en moins entraîne 2% de revenus en moins…
Une baisse de QI de 5 points augmente de 57% le nombre de personnes « déficientes » et dépendantes.

« Les facultés cognitives pourraient être une sorte de marqueur des expositions in utero et pendant la petite enfance à des agents chimiques. » DR Barbara Demeneix

Le problème de l’altération chimique de nos cerveaux exigerait-il des facultés de réflexion qui ne sont déjà plus à notre portée ?
D’après l’OMS Janvier 2016 : Les produits chimiques à l’origine de 5 millions de décès par an dans le monde. Il s’agit de prendre en compte la gravité d’un scénario pessimiste.

Amnésie historique
Incapacité ou refus de tirer les leçons de l’expérience du passé : mercure, plomb, arsenic, tabac, alcool, amiante, thalidomide, distilbène, médiator, dépakine.

Sources :
« Le cerveau endommagé Comment la pollution altère notre intelligence et notre santé mentale » par Barbara Demeneix, Ed Odile Jacob
« Losing our minds » par Barbara Demeneix
« L’homme en voie de disparition ? » par Theo Colborn 1998 Ed Terre Vivante
Avoir raison trop tôt est une malédiction qui expose à certains désagréments. Theo Colborn
« Cerveaux en danger » de Philippe Grandjean, Ed Buchet Chastel, Professeur médecine environnementale Harvard et Danemark sud

http://www.lemonde.fr/medecine/article/2014/12/10/la-pollution-met-en-danger-le-cerveau_4538177_1650718.html#fYy2XmCXwBJrqsx3.99

http://www.endocrinedisruption.org

Fiche conseil : http://www.preventioncontrelespe.fr/

III Inégalités Nord/Sud

L’écart se creusera de plus en plus entre les pays les plus riches et les plus pauvres en raison de la persistance de l’altération cérébrale due à la toxicité de ces agents chimiques et de par les
– carences en iode, sélénium, graisses poly insaturées, zinc, vit A, fer, vit B …

– l’obésité (rôle des adipocytes pour le relargage des perturbateurs endocriniens au stade préconceptionel, pendant l’allaitement, la transmission épigénétique, la cuisson des aliments : la cuisson à basse température conseillée pour éviter la glycation des aliments)

– la nutrition, des pathologies infectieuses et parasitaires

Le QI moyen d’un pays serait lié de près à la pression parasitaire et des perturbateurs endocriniens, métaux lourds et solvants, résultat valable même après ajustement d’autres facteurs (PIB, niveau d’éducation …)

Sources : « IQ and the Weath of Nations » , ouvrage controversé de Richard Lynn

IV L’importance de la visite préconceptionnelle

« Aucun bébé ne doit naître prépollué »

Biologie pré conceptionnelle et prénatale

Doser les polluants persistants chez la mère (reflète l’exposition de la génération suivante), en l’absence de ce contrôle, doser sur le sang du cordon.
Après l’accouchement, analyse du lait pour la présence des polluants persistants (C’est un droit en Allemagne depuis 1985)

Bilan préconceptionnel à faire 3 mois avant la conception.
– Sérologie rubéole et toxoplasmose
– Groupe sanguin, agglutinines irrégulières
– NF
– Sucre, sang, albumine dans les urines

– AMH : Une AMH élevée (>6/7 ng/ml) prédirait une baisse de probabilité à concevoir

– Magnésium sérique et intraérythrocytaire
– Glycémie à jeun
– Insulinémie à jeun + indice Homa et Quicki
– Zinc sérique et globulaire
– Sélénium
– CBU et contrôle du pH des urines
– Homocystéinémie (qui peut vous permettre de savoir à l’avance si vous avez besoin de vous supplémenter en B9).
– Vitamines A D E B1 B6 B9 (erythrocytaire) B12 …
– Ac gluten (transglutaminases et gliadine IgA IgG)
– Ac alpha et beta lacto protéines du lait
– Ac caséine
– Ferritine
– HIV, hépatites A,B,C,E
– Chlamydia
– Syphilis
– Dosage des métaux lourds; plomb, mercure, arsenic
– TSH T4 T3 (hormone active, met en jeu l’intelligence du futur bébé)
– Ac anti thyroperoxydases
– Iodurie et T3 des 24 heures dans les urines
– TBG (thyroïde binding globuline)
– Transcortine (CBG)
– T3 / TBG
– MTHFR Réductase

Une bonne attitude préconceptionnelle permet d’améliorer la santé des bébés.

En conclusion : Il est important de transmettre ces informations, de se préparer à devenir parents des mois avant la conception des enfants pour évacuer les perturbateurs endocriniens par une nourriture biologique, par un environnement plus sain, de vérifier les éventuelles carences et de les combler.

Autres documents mis à disposition par le Docteur Cosserat et le Dr Anne-Sophie Cardin :

http://www.anep-france.org/2017/05/19/dossier-premediter-grossesse-2017-se-preparer-a-conception-point-perturbateurs-endocriniens/

Conseils pour l’utilisation des cosmétiques et produits ménagers:
http://www.anep-france.org/conseils-lutilisation-cosmetiques-produits-menagers/

Documents de la Thèse de médecine générale du Dr Anne-Sophie Cardin soutenue en septembre 2016, sur les risques des perturbateurs endocriniens pour la santé
Directeur de thèse: Dr Didier Cosserat. Avec leur accord, ces documents sont disponibles pour le public et les professionnels de la santé:
« Élaboration d’un guide de conseils préventifs contre les risques liés aux perturbateurs endocriniens à l’usage des médecins généralistes, Évaluation nationale de ce guide par 420 médecins généralistes », Thèse d’exercice en Médecine Diplôme d’Études Spécialisées de Médecine Générale, Anne-Sophie Cardin, 29 septembre 2016
http://www.anep-france.org/maternite/wp-content/uploads/2017/05/These-AS-CARDIN.pdf

Document de présentation de la soutenance de thèse de médecine générale, Anne-Sophie Cardin, 29 septembre 2016, « Élaboration d’un guide de conseils préventifs contre les risques liés aux perturbateurs endocriniens à l’usage des médecins généralistes »,
http://www.anep-france.org/maternite/wp-content/uploads/2017/05/Presentation-these-CARDIN.pdf

Conseils de prévention contre les perturbateurs endocriniens pour les consultations en médecine générale, guide issu de la Thèse de médecine générale, Anne-Sophie Cardin, 2016 : http://preventioncontrelespe.fr/

Lettre à la revue Prescrire concernant les problèmes de thyroïde en lien avec les perturbateurs endocriniens par le Dr Didier Cosserat : http://www.anep-france.org/maternite/wp-content/uploads/2017/05/Lettre-%C3%A0-Prescrire_Thyro%C3%AFde-et-PE-copie.pdf

Coordonnées d’informations sur les PE et leur prévention
http://reseau-environnement-sante.fr
http://www.endocrinedisruption.org
http://www.projetnesting.fr
http://www.sabotage-hormonal.org

Docteur Didier COSSERAT
135, Bd de la Mer – 83700 St Raphaël
France
didcos@hotmail.com
tel: +33 6 60 55 59 87

Alerte à « l’effet cocktail » pendant la grossesse

Résumé de l’Article dans la revue « Pour la Science » N° 481 novembre 2017.

« L’équipe de Bernard Jégou, à Rennes, vient d’apporter la preuve d’un effet cocktail, dû à un mélange de perturbateurs endocriniens, sur la production de testostérone par les testicules du fœtus humain…

Les perturbateurs endocriniens sont des molécules capables, notamment, de bloquer la synthèse d’ hormones, comme la testostérone… L’exposition simultanée à plusieurs substances exacerbe les effets de chaque molécule individuelle, y compris à des concentrations auxquelles chaque molécule prise une à une n’exerce pas ou peu d’activité : c’est l’ « effet cocktail »…

Les chercheurs s’intéressent  à une hormone clé, la testostérone, nécessaire à la masculinisation de l’individu et au développement de l’appareil urogénital et à la croissance du cerveau… Ils ont sélectionné des substances auxquelles les femmes enceintes sont susceptibles d’être exposées : médicaments, pesticides, agents récréatifs comme le café ou l’alcool … (27 molécules) dont onze d’entre elles se sont révélées antitestostérone individuellement, puis en effet cocktail à faible concentration…

Leur approche a ainsi apporté pour la première fois la preuve de concept de l’effet additif des molécules et donc de la démultiplication des effets chez l’homme. L’exacerbation de l’effet d’une molécule en présence d’autres antiandrogènes varie d’un facteur 10 à 10 000 selon la molécule…

Il semble qu’il existe une fenêtre particulièrement sensible au cours du premier trimestre de grossesse… Maintenant les chercheurs développent des techniques permettant d’identifier et de quantifier toutes les molécules présentes dans un échantillon de liquide amniotique… Les chercheurs souhaitent travailler de façon multidisciplinaire, avec des biologistes, des chimistes, des toxicologues, des épidémiologistes, «pour croiser des résultats d’enquêtes épidémiologiques, de statistiques, d’exposition animale in vitro, in vivo etc…

Les effets sur les oestrogènes ou d’autres hormones devront aussi être étudiés. De plus, l’exposition ne se limite pas à la grossesse: les effets tout au long de la vie restent à décrypter.»

Bernard JEGOU directeur de recherche à l’Inserm-IRSET et à l’EHESP, à Rennes.

P.Gaudriault et al., Environmental Health Perspective, vol. 125, n° 8, 2017.

[Dossier] L’importance de l’environnement in utero

L’environnement in utero peut rendre violent

[Video, chronique de Télématin du 11 septembre 2017]

 

Cerveau&Psycho s’est intéressé à l’environnement à travers une étude de chercheurs britanniques du King’s College de Londres. 
L’environnement de la femme enceinte aurait des effets insoupçonnés sur le fœtus, ( on s’en doutait), mais plus étonnant, sur l’enfant plus tard. L’environnement selon cette étude serait 3 choses, l’alcool, le tabac et le stress: ces chercheurs ont prouvé que ces toxiques pouvaient influencer la génétique des enfants en utero, c’est cela qu’on appelle  l’épigénétique: l’environnement qui fait muter la génétique de l’être humain.
On avait déjà démontré qu’une alimentation trop riche chez la femme enceinte pouvait être la cause d’hyperactivité chez l’enfant.
Et le tabac, l’alcool et le stress pourraient rendre l’enfant violent plus tard, avec un caractère agressif avec des comportements de vol, d’agression, etc…
Comment l’explique-t-on?
On a demandé des explications au rédacteur en chef de Cerveau & Psycho:
« Cette étude a été réalisée par des chercheurs du King’s Collège de Londres sur 300 personnes qu’ils ont suivies depuis leur naissance jusqu’à l’âge adulte.
En fait, ils ont récupéré le cordon ombilical de ces bébés et ont analysé leur ADN. Pendant la grossesse, les enfants avaient été exposés via le placenta, à du tabac ou de l’alcool, (c’est à dire que la maman avait tendance à fumer beaucoup ou à boire beaucoup) ou à des éléments de stress chroniques puissants comme la violence domestique ou la précarité.
Et puis 25 ans plus tard, ils ont regardé ce que ces enfants étaient devenus, et vu qu’une partie d’entre eux avaient développé des troubles de conduite, c’est à dire des comportement à problèmes, antisociaux, d’agressivité,  de vol, et chez les adultes qui avaient tous ces problèmes, ils ont constaté que chez les bébés in utero,  depuis tout petits, l’ADN avait été modifié. Comment?
On avait vu que des groupes d’atomes avaient été ajoutés ou retirés sur certains gènes. Et ces groupes d’atomes vont changer la façon dont les gènes du bébé vont s’exprimer pendant sa croissance.
L’alcool et le tabac pris de façon chronique peuvent entraîner des modifications dans le système hormonal, dans le système interne de la maman. On ne sait pas exactement lesquels, mais à l’arrivée, sur les gènes du fœtus, cela va se traduire par des modifications, pas des gènes eux-mêmes, mais autour de la double hélice d’ADN vont se greffer des groupements chimiques qui sont des modulateurs de l’expression des gènes. Ce qui fait que certains de ces enfants qui ont grandi in utero dans des conditions difficiles vont ensuite développer des comportements antisociaux. »
La bonne nouvelle c’est que ce n’est pas irréversible. L’étude montre que chez la moitié des enfants exposés aux risques in utero, les troubles du comportement vont disparaître avec le temps. Tout n’est pas joué car il y a des mécanismes de compensation, ou des changements d’environnement propices au comportement plus calme, comme des nouvelles stratégies éducatives qui peuvent corriger les mutations génétiques. L’éducation peut corriger l’ADN. C’est ça en fait la découverte de l’épigénétique de ces 10 dernières années. Donc rien n’est perdu. De nouvelles voies de recherche s’ouvrent  là-dessus, notamment au sujet de l’autisme… » Laurence Ostoloza, chroniqueuse à Télématin

http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-la-vie-in-utero-rend-parfois-violent-38659.php

Autres articles:

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-l-environnement-in-utero-peut-rendre-violent-38563.php

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-la-vie-in-utero-rend-parfois-violent-38659.php

 

[Dossier] Nutrition

[Dossier] Nutrition

La nutrition de la femme enceinte

 Conférence dEric Darche : naturopathe, nutritionniste, auteur de 7 livres sur la nutrition, lors du Séminaire ANEP à Fréjus le 21 septembre 2013.

Pour une alimentation à base de produits biologiques… toutes les informations pour apporter les meilleurs nutriments au bébé.

http://www.anep-france.org/nutrition-de-femme-enceinte/

Il est bénéfique de commencer cette façon de se nourrir 3 mois avant la conception, pour que dès le premier mois de gestation, tous les nutriments indispensables soient disponibles pour bébé.

Cela peut aussi favoriser la conception…

Voir le Dossier Préméditer une grossesse en 2017, se préparer à la conception:  http://www.anep-france.org/2017/05/19/dossier-premediter-grossesse-2017-se-preparer-a-conception-point-perturbateurs-endocriniens/

Voir aussi: https://naturellemaman.com/le-regime-naturel-qui-augmente-de-80-vos-chances-davoir-un-bebe/

 

Besoins micronutritionnels des femmes enceintes

par le Dr Pierre Hourst

Aujourd’hui, dans nos milieux, dits civilisés et modernes, de nombreuses carences sont apparues sur le plan nutritionnel, à la fois dues à notre mode d’alimentation et à notre sédentarité et à la fois à la pollution toujours croissante.
Lire plus…
http://www.phytolis.ch/fr/actualites-sante/besoins-micronutritionnels-des-femmes-enceintes

 

STRESS : Noix et huile de noix améliorent la résistance au stress

Journal of American College of Nutrition le 07-10-2010

Pour aider future maman et donc bébé à rester zen: « Une alimentation riche en noix et huile de noix peut préparer le corps à mieux réagir au stress, selon l’étude d’une équipe de chercheurs de Penn State (Pensylvanie) qui a mesuré comment ces aliments, qui contiennent des acides gras polyinsaturés agissent sur la pression artérielle au repos et sur le stress. »

https://www.santelog.com/modules/connaissances/actualite-sante-stress-noix-et-huile-de-noix-ameacuteliorent-la-reacutesistance-au-stress_4109.htm